Bantman : Ce que les familles nous apprennent

En psychiatrie, l’approche centrée sur le patient est limitée par la difficulté qu’elle a à recueillir auprès du patient seul tous les éléments conditionnant la conduite thérapeutique. Le travail avec la famille nous ouvre des perspectives qui ont longtemps été occultées par la tradition psychiatrique et ce malgré des avancées comme la psychanalyse.
La famille du patient psychotique permet de recueillir l’observation la plus complète sur sa vie au fil des jours. Elle est témoin des crises, de la souffrance psychique, des rémissions. L’entretien psychiatrique, lui ne peut que constater ponctuellement réticence, déni de la pathologie, inhibition ou retrait dans la relation qui peut s’établir avec le clinicien.

Par Docteur P.BANTMAN
Praticien Hospitalier - CMP Valmy

Et Docteur PARAGE
Assistante – CMP Valmy

John Weakland disait : « Soyez animés par le souci de permettre à vos patients de découvrir combien ils sont habiles et créatifs, plutôt que de les amener à percevoir combien vous êtes intelligents et compétents ».

Il nous semblait intéressant d’intervenir à deux voix l’une plus ancienne que l’autre, pour évoquer ce que les familles nous apprennent dans notre expérience quotidienne.

Cela fait maintenant 20 ans que je…

Pour avoir accès à ce contenu et à des centaines d’autres articles, vous devez faire une demande d’inscription.

Je m’inscris

Si vous avez déjà un compte, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.